Christiania

Val d'Isère (73)

Lieu : VAL D’ISERE (73)
Maîtrise d’ouvrage : ROEDERER
Maîtrise d’oeuvre : ORY.architecture mandataire / Starck+
Mission : conception et suivi architectural
Programme : Restructuration, extension et construction de chalet à usage d’hôtel
Surface : 4 735 m²
Coût : 41 M€
Calendrier : Livraison en 2022

Construit par Paul Bertoli, l’Hôtel Christiania fait partie du patrimoine architectural de Val d’Isère et marque le début de l’essor de cette station de sports d’hiver dès le début des années 1950.
Sa façade blanche sur le front en neige, d’une grande modernité à l’époque, transpose les éléments architectoniques italo-savoyards traditionnels dans une écriture contemporaine. Dessiné comme un chalet monumental abrité sous ses deux grands pans de couverture, le bâtiment fut altéré par les extensions des années 1990.

Le nouveau dessin de la façade et la qualité des aménagements intérieurs redonnent tout son caractère iconique à cet établissement hôtelier fastueux.
Son identité, qui évoque sophistication et élégance, s’exprime pleinement à travers le nouveau projet qui réhabilite ce chalet en un écrin confortable et le fait ainsi renouer avec son histoire des années 1950, où luxe et singularité en font un lieu unique et romantique.

Une partie des extensions des années 1990 fait place à un volume plus sobre, plus lisible, depuis la ville comme depuis le front de neige.
Pour offrir une homogénéité au traitement architectural des façades et pour affirmer l’unité du caractère de l’hôtel rénové, toutes les baies de l’hôtel, comme celles de la nouvelle copropriété, sont traitées avec le même vocabulaire architectural : une grande double porte vitrée donnant sur un balcon unitaire. Le dessin du balcon s’inspire d’un motif traditionnel alpin.

Dans le respect du caractère originel, toutes les façades sont traitées de manière monochromatique. Le blanc et le gris très clair dominent et sont déclinés sur l’ensemble des façades.
Selon l’usage traditionnel, les pieds de bâtiments en contact avec le sol naturel sont traités par un effet de socle fait de lits de pierre appareillés de teinte gris très clair.
En écho avec l’arcade existante au niveau du socle de la rue du Parc des Sports, une longue fenêtre offre des vues panoramiques sur les pistes.
Cette galerie à l’écriture architecturale contemporaine constitue la nouvelle assise de la façade historique restituée pour mieux la révéler par effet de contraste.

Autres projets