Îlot Saint-Joseph

Lyon (69)

Lieu : Lyon (69)
Maîtrise d’ouvrage : OGIC, Dentressangle Initiative
Maîtrise d’œuvre : ORY.architecture, PRELEM (fluides logements), NERCO (fluides bureaux), Cabinet Grasset (économie), NERCO (économie bureaux), GES (structure logements), COGECI (structure bureaux), Synesthesie Acoustique (acoustique), SE ME (HQE)
Mission : conception et exécution
Programme : restructuration et construction de logements, commerces et bureaux autour d’un bâtiment patrimonial conservé
Surface : 27 730 m²
Coût : 40 M €
Calendrier : livré en 2017
Certifications : NF HQE, tertiaire HQE, BBC Effinergie, Label Qualitel

Pyramides d’Argent et d’Or 2015

Implantée sur une parcelle rectangulaire, la nouvelle prison se compose de neuf bâtiments distincts séparés par des cours qui permettent une division en quartiers et présente une façade sur le Rhône. Les grandes directions du plan de masse orthogonal d’origine sont conservées.

La stratégie de leur conservation et de leur réutilisation a été pensée dans une perspective élargie en lien étroit avec le développement urbain du quartier de Perrache, et plus largement à l’échelle du grand paysage. Ainsi, l’équation entre conservation de certains bâtiments historiques et création de constructions contemporaines a permis de créer un nouvel ensemble harmonieux en liaison avec l’Université Catholique de la prison de Saint-Paul en mitoyenneté.

Le programme consiste à créer un morceau de ville intégrant des bureaux, des commerces, des logements sociaux, étudiants et en accession. Le site a été désenclavé et des failles verticales en soubassement des bureaux sont créées, évoquant le souvenir du mur (tantôt arasé, tantôt complètement conservé, parfois réinventé). Chaque îlot est tenu dans ses angles et encadre le patrimoine sauvegardé en le mettant en valeur. Le vocabulaire demeure commun pour chaque îlot, à travers l’unité des matériaux, des teintes et les ouvertures par une alternance de parties vitrées et de parties en opalines.

Les bâtiments construits ont repris une volumétrie longitudinale dans l’esprit des bâtiments conservés, transformés, soit en bureaux soit en logements. La chapelle centrale a été conservée au bénéfice de Habitat et Humanisme, également maître d’ouvrage.

Le contraste entre une architecture contemporaine affirmée et une architecture classique, permet la mise en valeur de l’histoire confrontée à une écriture actuelle.

Le projet d’aménagement des espaces extérieurs de l’opération s’articule autour de la découverte successive d’espaces paysagers présentant chacun une thématique propre, calquée sur la succession de cours du bâtiment préexistant. Le lieu s’anime d’un vocabulaire urbain riche de l’héritage lyonnais : cours, courelles, jardins, traboules… Ici, tout est une histoire de filtres.

Autres projets